LE RÉCIT A LA DEUXIÈME PERSONNE ET LE RÉCIT A LA TROISIÈME PERSONNE

Le récit d’une histoire peut être relaté à la première personne ou à la troisième personne. Dans le premier cas, le narrateur fait partie de l’histoire qu’il raconte. Dans le second cas, l’auteur a le choix entre un narrateur extérieur à l’histoire qui a le statut d’un simple témoin ou d’un observateur, et un narrateur omniscient qui, comme un dieu, sait tout de l’histoire et des personnages.

LE RÉCIT A LA PREMIÈRE PERSONNE

Le récit à la première personne est racontée du point de vue de l’un des personnages. Ce mode de narration permet au lecteur d’être immergé dans l’histoire et d’être proche des émotions du narrateur. Il partage une certaine intimité avec lui dans la mesure où ce dernier se confie/se dévoile à lui.

Si le narrateur relate sa propre expérience, sa crédibilité n’est pas vouée à être remise en cause. En revanche, se posera  la question de son objectivité. S’il relate l’expérience d’une autre personne, sa connaissance est alors indirecte et cela emmènera le lecteur à se poser la question de la fiabilité de son témoignage et à se questionner sur ses sources.

Le point de vue à la première personne est parfait pour dissimuler des informations aux lecteurs étant donné que le narrateur ne peut pénétrer l’esprit des autres personnages (il est d’ailleurs souvent utilisé par les auteurs de romans policiers). En effet, contrairement au narrateur omniscient, il peut uniquement décrire ce qui se passe autour de lui et faire part de ses propres émotions et sentiments.

 LE RÉCIT A LA TROISIÈME PERSONNE

Le récit à la troisième personne exclut le narrateur de l’histoire. Ce mode de narration permet une vue d’ensemble de l’intrigue, le narrateur pouvant être n’importe où à n’importe quel moment.

L’auteur peut choisir, à travers le point de vue du narrateur, de ne relater que les paroles, les faits et les gestes des personnages. Il peut faire le choix de confier la narration à un narrateur omniscient qui sait absolument tout de l’histoire et des personnages, y compris leurs pensées, leurs sentiments, leurs motivations, leurs rêves….

Le point de vue à la troisième personne offre une perspective plus vaste au lecteur qui peut non seulement s’identifier au héros, mais aussi à tous les autres personnages. Il crée une certaine complicité entre le lecteur et le narrateur puisque le dernier divulgue au premier des informations qui sont inconnues des autres personnages. Il le fait pénétrer dans l’intimité de chacun d’eux, il lui donne accès à leurs pensées. Il est pratique pour expliquer un contexte. Il permet plus de liberté aux auteurs, un contrôle plus aisé de leurs histoires.

 Magali Traauteure et traductrice


Découvrez mes œuvres:

cropped-img_20190201_093734-3.png couverture lignes rouges

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s